Réagir (3)EnvoyeriCalPartager

samedi 8 décembre 2018 à 14h

MARCHE POUR LE CLIMAT du 8 décembre 2018

Marche Mondiale pour le Climat 08 Décembre 2018 : Climate Alarm 🔊

On suit le développement international impressionnant de nos marches et de notre mouvement!

Après le succès des marches du 8 septembre et du 13 octobre, nous appelons à une mobilisation internationale pendant les prochaines négociations climatiques mondiales : la COP24. Soyons nombreuses et nombreux dans les rues partout le 8 décembre, pour rappeler l'urgence d'agir !

En 1972, le Club de Rome nous a mis en garde et n'a pas été entendu.
En 1992, le Sommet de Rio nous a prévenus et n'a pas été entendu.
En 1997, le protocole de Kyoto nous a rappelés à l'ordre et n'a pas été entendu.
En 2012, le sommet Rio+20 nous a pressés d'agir et n'a pas été entendu.
En 2015, l'accord de Paris nous a engagés à agir et n'a toujours pas été entendu.
Près de 50 années de refus d'entendre, devant ce qui apparaît comme le plus grand défi que l'Humanité ait jamais eu à affronter.


Aujourd'hui, nous n'avons plus le luxe d'attendre. Le réchauffement climatique se conjugue au présent partout dans le monde et les catastrophes climatiques se multiplient en faisant d'ores et déjà de nombreuses victimes, souvent les plus exclu·e·s d'entre nous.


Les expert·e·s du GIEC ont rappelé la gravité de la situation, mais qu'il est encore temps de limiter le réchauffement à 1,5°C. Selon eux, cet objectif n'est « pas impossible » mais « demande des changements sans précédent » et « des réductions d'émissions drastiques dans tous les secteurs »".


Du 3 au 14 décembre prochains, les chefs d'Etat et de gouvernement se rassembleront en Pologne lors de la COP24 pour décider ou non de nouveaux engagements climatiques. Mais il reste toujours un énorme fossé entre leurs discours et leurs actes : les engagements pris lors de l'Accord de Paris, même s'ils étaient respectés, emmènent toujours vers une trajectoire de +3°C.
C'est à nous toutes et tous de nous réveiller par millions pour combler ce fossé, pour enfin placer la transition écologique et solidaire au cœur de toutes les décisions pour notre avenir et celui de la planète. L'inaction climatique est un choix politique. Le notre, c'est que tous les choix présents et futurs respectent l'impératif des +1,5°C.


Alors, le 8 décembre 2018, retrouvons nous dans les rues, sur les places de nos villes et de nos villages partout dans le monde pour faire entendre nos réveils, nos cloches, nos sonneries de téléphone et tout ce qui permettra de sonner l'alarme climatique.


Faisons résonner cette alarme sur l'ensemble du globe pour que nulle part ne puisse subsister le moindre doute sur la responsabilité de nos décideurs et l'urgence d'agir. Faisons en sorte que l'ampleur de cette alarme provoque un réveil sans précédent de nos sociétés et enclencher un mouvement irrésistible pour protéger nos droits et ceux de la planète. #ClimateAlarm "

Qui sommes nous ?
Le Collectif Citoyen pour le Climat est un mouvement citoyen, non-violent, apartisan, engagé dans la lutte contre le réchauffement climatique, qui est né le 8 septembre 2018, jour où pour la première fois en France plus 130 000 personnes ont marché pour le climat. Suite à cet élan sans précédent, autant de citoyen-ne-s ont à nouveau marché le 13 octobre dans 86 villes de France mais aussi dans d'autres pays.


Comme l'a dit Nicolas Hulot avec sa démission, nous pensons que les petits pas d'Emmanuel Macron et de son gouvernement, comme ceux de bien d'autres dirigeant-es au niveau international, sont loin d'être à la hauteur pour limiter le réchauffement climatique à 1,5°C. Nous sommes déterminé·e·s à agir pour placer la lutte contre le réchauffement climatique au coeur de tous les choix pour notre avenir et celui de la planète.

La marche débutera à 14h à la cathédrale ! Rejoignez-nous !

Source : https://www.facebook.com/events/3774053461581...

Réagir

Informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site

Réagir

Soyez le premier à réagir

Convergence ?

Par Wil Ouil, le 05/12/2018 à 12:20

Complément d'info : (Trouvé sur Facebook sur le profil de Juliette Rousseau, coordinatrice de la Coalition Climat 21)

[COUP DE GUEULE] Suite à l'annonce hier soir par Castaner d'un possible report voire d'une annulation de la marche climat de samedi, je viens de lire le communiqué des organisateurs. Sans aucun mot pour les gilets jaunes, ceux-ci expliquent notamment avoir pris contact avec la Préfecture de Paris suite aux "débordements du 1er décembre", et être ouverts à discuter "la sécurisation du cortège" tout en rappelant la dimension "familiale et non violente" de la manifestation. Après ce qu'il s'est passé ces dernières semaines, la colère populaire à laquelle le gouvernement répond par le mépris et la répression, les personnes mutilées et mêmes les morts, je me demande vraiment : mais à quoi vous jouez en fait ? Dans quel monde vous vivez ? Et surtout, quand est-ce que le mouvement climat va enfin sortir le nez de son petit nombril et assumer que l'urgence climatique implique de rompre avec l'entre soi des écolos ?

Quand j'étais porte parole de la société civile au moment de la COP 21 c'était déjà les mêmes débats, et on dirait que ceux qui aiment à se voir comme les organisateurs du mouvement climat n'ont toujours rien compris. Qu'on se le dise une bonne fois pour toute, la non-violence est une tactique (ni moins bonne ni meilleure que d'autres) pas une identité. Mais quand, comme c'est le cas ici, elle sert à se dissocier des autres mouvements de lutte pour se rendre plus acceptable aux yeux du pouvoir, des médias (ou d'une masse craintive fantasmée), elle est avant tout une balle qu'on se tire dans le pied !

M'est avis que l'annonce de Castaner est l'occasion de se poser une vraie question stratégique : y a-t'il plus d'enjeu aujourd'hui pour les militants et les militantes du climat à se mêler au gilets jaunes ou à se battre pour rester dans l'entre soi écolo d'une énième marche ? Croit-on franchement que les marches du 8 décembre vont changer quelque chose aux résultats de la COP24 ou à de futures politiques climatiques ? L'Accord de Paris, "ambitieux mais non contraignant" (logique de l'absurde que le G20 vient de confirmer) devrait suffire à nous convaincre qu'il n'y a rien à attendre des COP ni des gouvernements dans l'état actuel des choses. Nous n'avons pas le rapport de force suffisant. Et la seule façon de l'avoir c'est par un mouvement populaire, massif et combatif.

Ce samedi, une fois de plus, des milliers de gens vont monter à Paris animés par une colère qui n'est pas moins légitime que celle qui nous anime face au péril climatique. Assumons que nos intérêts communs valent plus que nos dissensions (exceptions faite des fachos cela va sans dire) et que nous avons besoin les uns des autres. On ne gagnera pas ces luttes, celle de la justice sociale et celle de la justice climatique, sans forger des complicités subversives, qui dépassent les enclaves militantes dans lesquelles nous sommes coincé.e.s. Alors samedi (et même avant et après) sortons de notre zone de confort, organisons nous collectivement, prenons nos argumentaires voire nos banderoles, peu importe, mais allons-y ! Allons parler, se rencontrer, débattre, faire ensemble (et puis mettre nos principes et nos stratégies de lutte à l'épreuve, ça nous fera pas de mal), bref, allons nous donner les moyens de faire du climat un enjeu massif et populaire.

Contactez moi :)

Par Anonyme, le 29/11/2018 à 09:03

Bonjour will, et en passant merci tarn Info pour le relais.

Merci pour votre mise en lumière qui n'est pas assez visible dans les milliers de messages écologiques que l'on entend chaque jours.

Je suis l'un des organisateurs de la marche Albi et plus largement référent et coordinateur du mouvement international en cours.

Nous avons la pleine conscience de ce que vous évoquez ici, que c'est e' effet tellement de modification de perceptions du monde, de façons de le vivre et de reliance avec tout ce qui nous entoure qui doit être placée. Mais.... Nous ne sommes rien... Je suis rien... Je peux organiser une marche, coordonner des ambassadeurs de plusieurs pays, prévoir des discours que j'espère vous viendrez écouter... Mais au bout d'un moment ces marches ont leurs limites.

Les villages de solutions en fins de marche ne dépendent pas de nous, les prises de paroles (proposées systématiquement) ne dépendent pas de nous et j'en passe...

On est à Albi, lever 300 personnes était bien compliquée en octobre même si on voit que celle du 8 s'annonce plus encouragea te.

C'est un élan, un beau, croissant, et nous avons justement besoin de support de gens comme vous, prêt à rappeler à chacun que c'est un ensemble d'œillères qu'il faut faire tomber, et non pas une deresponsabilisation souhaitée.

Je suis à votre disposition pour un échange humain, au téléphone, ce sera plus sympa qu'ici. Contactez moi si vous le désirez 👍

0688766834

Bien à vous ; Brice

Marchons, mais confrontons aussi le pourquoi de la marche !

Par Anonyme, le 29/11/2018 à 07:21

Je suis de tout coeur avec les jeunes et moins jeunes marcheuses et marcheurs, Albigeois et autres... mais, comme je l'avais relevé dans la première marche:

https://hearthis.at/wil-2a/magmarcheclimatalbi201801pad/

https://hearthis.at/wil-2a/magmarcheclimatalbi201802pad/

... tout ça manque un peu de réflexion et de recul (tout comme je soutiens les Gilets Jaunes sans être d'accord avec la plus part de leur revendications, du moins pas en l'état !)

Si on prenait un temps pour disctuer de la réelle complexité des choses après la marche, pour ne pas être une génération de plus à foncer vers des fausses solutions qui vont agraver les problèmes de toute façon. Je vous conseille cette lecture, et on en reparle : http://partage-le.com/2018/09/les-marches-mondiales-pour-le-climat-ou-le-triomphe-de-lingenierie-sociale-par-nicolas-casaux/?fbclid=IwAR2PGG6HNvC20yzDHUuWJll70KPPm7BTs0wGPILHHeVfqsZ5mfrFITYnRcE

Extrait "D'autre part, le problème, c'est que l'insoutenabilité de la civilisation industrielle ne découle pas seulement de son mode de production énergétique, mais aussi et peut-être surtout de ce qu'elle fait de l'énergie qu'elle consomme. Même si toute l'énergie produite et utilisée par la civilisation industrielle était issue des industries des énergies dites « renouvelables » ou « vertes », et même si ces industries étaient véritablement « vertes » (ce qui fait déjà beaucoup de si, c'est-à-dire que nous nous plaçons ici dans le domaine du fantasme, rien de cela n'est possible, mais admettons), la civilisation industrielle continuerait de détruire la planète et finirait par s'autodétruire avec."

Wil.