thèmes : Actions, Société
Réagir (0)Covoiturage EnvoyeriCalPartager

mercredi 24 février 2021 (heure non définie)

consultation à la dérogation de destruction d’espèces protégées

Je voudrais attirer votre attention sur une consultation publique ouverte actuellement. Cette "consultation à la dérogation de destruction d'espèces protégées" est demandée par la ZAC des Portes du Tarn pour installer une plate-forme de e-commerce. J'ai essayé de résumer le contexte afin de faciliter la compréhension de l'argumentaire du collectif qui s'oppose à ce projet d'installation (ci-joint).

Pour déposer vos remarques jusqu'au 25 février : http://www.occitanie.developpement-durable.go…

Petit historique des Zones d'Activités sur la commune de Saint-Sulpice et du projet en cause

A Saint Sulpice, il existe depuis 2004 une zone d'activités de 40ha située à côté de l'autoroute A68. Fin 2020, il restait sur cette zone des Cadaux 24ha non vendus alors que tous les travaux de viabilisation avaient été terminés fin 2009. Cette situation n'est pas une surprise car la prolifération des zones d'activités le long de l'A68 crée une surabondance d'offre de parcelles. Le taux d'occupation moyen des zones d'activités tarnaises est de 64%. Les parcelles restantes de cette zone des Cadaux sont des parcelles de grande taille. Celles qui sont sans client potentiel font plus de 2,5ha. Résultat : La ZAC des Cadaux laisse un déficit comptable de 1,2 million €.

Malgré cette situation, la société d'économie mixte des Portes du Tarn a été créée en 2009. Les Portes du Tarn, c'est 196ha ! A ce jour, très peu d'entreprises (4) s'y sont installées. La plus importante est une délocalisation (venant de Brens). Ce manque d'acheteurs était prévisible.

C'est ainsi que nait le projet de Terra 2 : une entreprise de e-commerce sur une parcelle de 16 ha dont environ 14 artificialisés. Un bâtiment de 7 ha et de 14m de haut avec 120 quais d'embarquement/débarquement, et un trafic journalier de 500 camions.

L'artificialisation des sols participe grandement au réchauffement climatique et à la disparition de la biodiversité. Comment les autorisations sont-elles encore accordées ?*

Dans le cas présent, l'implantation de cette plate-forme logistique prévoit la destruction d'une haie de 300m hébergeant des espèces protégées parmi une centaine répertoriées sur le site. Le CNPN, Conseil National de Protection de la Nature, demande à ce qu'elle soit conservée. La Société d'Aménagement (SPLA) répond qu'elle conservera 3 arbres…

* Grâce aux "mesures compensatoires" qui visent à contrebalancer les dommages environnementaux occasionnés. Celles-ci devraient être l'exception. Dans le cas présent, elles permettent aux décideurs d'obtenir des dérogations en achetant, à plus de 40km( !), des terrains "présentant un intérêt écologique".

Merci d'avoir pris le temps de me lire. Les arguments proposés par STOP TERRA 2 sont en pièce jointe